Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick
    Nouvelles
    PAR CATÉGORIE


    Lundi 02 décembre 2013

    Une recherche nationale dresse un portrait des artistes de la francophonie canadienne

    Ottawa - lundi 2 décembre 2013 - La Fédération culturelle canadienne-française est fière de s'associer à la publication Un regard actuel sur la situation des artistes de la francophonie canadienne une première étude qui documente certaines des réalités de la pratique artistique en milieu minoritaire dans différentes disciplines. Cette étude a été réalisée par la chercheuse Anne Robineau  en collaboration avec William Floch et Josée Guignard Noël. Cette recherche publiée récemment par l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques a été commandée par la FCCF et le Conseil des arts du Canada.  

    Ce rapport dresse un portrait général de la situation des artistes de la francophonie canadienne et de leur écosystème artistique. Cet exercice a permis de constater la vitalité culturelle qui existe au sein des communautés francophones en dépit de contraintes sociodémographiques. Les artistes et les professionnels de la culture travaillent dans des conditions parfois difficiles pour exprimer, dans divers langages artistiques, leur sensibilité envers ce qui les entoure. (extrait de la conclusion du sommaire du rapport)

    Parmi les informations frappantes issues de cette recherche, notons que les artistes sont plus scolarisés que la moyenne de la population franco-canadienne, mais nettement moins rémunérés. Le salaire moyen des artistes de la francophonie canadienne est de 25 000 $, mais 40 % d'entre eux gagnent moins de 10 000 $. « Ces statistiques révèlent qu'il reste encore beaucoup du chemin à faire pour offrir aux 3 125 artistes de la francophonie canadienne des conditions de vie dignes » commente la chercheuse principale du rapport et directrice adjointe de l'ICRML Mme Anne Robineau. Elle poursuit en ajoutant : « Pour en arriver à pouvoir améliorer leurs conditions, il faudra s'attaquer rapidement aux moins aux cinq défis suivants : l'absence d'un financement récurrent, le manque de formation en français, la fragmentation des publics, l'adaptation aux nouvelles technologies et le soutien à la relève. »

    Malgré ce constat alarmant, cette étude souligne aussi des aspects positifs du milieu. En effet, le rapport confirme l'importance et l'effet structurant du réseau d'institutions que la FCCF et son réseau ont développé au cours des dernières 40 années. Le rapport constate que ces institutions contribuent à la consolidation du milieu tout en permettant d'optimiser le développement culturel des communautés.

    « La recherche confirme qu'il reste encore beaucoup de chemin à faire en appui aux artistes et organismes artistiques et culturels de la francophonie canadienne. Les pistes d'action d'avenir qu'évoque cette recherche confirment plusieurs des propositions évocatrices formulées par les artistes et travailleurs culturels lors de l'événement Être artiste dans la francophonie canadienne : Forum sur les pratiques artistiques que la FCCF organisait en 2011 et nombre des priorités actuelles de la FCCF. La Fédération continuera à travailler avec ses membres, ses partenaires gouvernementaux et communautaires, pour améliorer les conditions de la pratique artistique dans la francophonie canadienne » conclut la présidente de la FCCF, Madame Marie-Claude Doucet.

    Voici quelques statistiques que la recherche a permis de documenter (extrait du sommaire du rapport)

    Au Canada, un artiste sur cinq provient de la francophonie - Québec et francophonie canadienne (Statistique Canada, 2006).
    Selon les provinces et territoires, le poids démographique des francophones varie de 0,4 % à 32,7 % (Statistique Canada, 2006). Cela exerce plusieurs contraintes sur la formation des artistes ainsi que sur l'éducation et l'élargissement d'un public francophone et francophile sensible et critique face à la production artistique.
    En 2006, 1 715 artistes femmes avaient déclaré un revenu provenant de leur profession artistique dans la francophonie canadienne. Elles représentent 54,9% des artistes franco-canadiens et sont beaucoup plus nombreuses à détenir un certificat, un diplôme ou un grade universitaire équivalent au baccalauréat (47,7%) que leurs homologues masculins (41,3%). Par contre, leur revenu moyen est estimé à 21 388 $ alors que celui des hommes est de 29 265 $.
    Si l'on additionne les effectifs des deux premières tranches d'âges des jeunes artistes franco-canadiens, soit les 15-24 ans et les 25-34 ans, on constate qu'ils représentent 32 % de l'ensemble des artistes.

    Précédant

    © 2011 AAAPNB - Tous droits réservés.
    Grands dossiers
    Guide droit d'auteur
    Guide droit d'auteur

    L'AAAPNB est fière de proposer le nouveau Guide sur le droit d'auteur à l'intention des artistes qui pourra servir aux artistes de partout au Canada.

    Philippe Beaulieu, président de l'AAAPNB : « Il est important de ...

    Babill'ART
     
    Patrimoine canadien Nouveau-Brunswick
    Suivez-nous
    Fil de nouvelles Facebook Twitter YouTube
    Partager cette page par courriel
    ou avec votre réseau personnel
    Partager

    Conseil des Arts du Canada

    Politique de confidentialité

    Conditions d'utilisation