Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick
Répertoire des artistes / profil

Édith Butler
Discipline (s) : Musique

Spécialisation (s)
chanson

Édith Butler fait ses débuts en 1962 chantant dans les auditoriums de Moncton, les festivals et à l'émission Singalong Jubilee, diffusée à Partir de Halifax sur le réseau de la CBC. En 1966 elle incarne le personnage principal du film « Les Acadiens de la Dispersion » produit à L'ONF et enseigne les sciences à Bathurst.

De 1966 à 1969, elle mène des études en ethnographie à l'Université Laval de Québec et chante dans les boites de la région. En 1970 Édith Butler chante pendant six mois au pavillon du Canada à L'Exposition international d'Osaka, au Japon et participe aux festivals de Folklore de Mariposa à Toronto, de Washington,et de Winnipeg. Après une tournée en Irlande en 1971, au Canada en 1972 et une autre en Europe en 1973, elle s'installe à Montréal, compose ses premières chansons et lance l'album « Avant d’être dépaysée. »

Avec Angèle Arsenault, Jacqueline Lemay et Lise Aubut, elle fonde l’année la première compagnie de disques dirigée par des femmes en Amérique du Nord.(SPPS). Chantre de l'identité acadienne, cette ancienne étudiante d'Antonine Maillet connaît ses premiers succès sur disques avec «L'Acadie s'marie» et «Mais je m'en vais demain». Mariant le folklore acadien et la ballade populaire, ses compositions dont son impresario Lise Aubut écrit souvent les textes , lui assurent une immense popularité dans la deuxième moitié des années 1970.

Le succès dans chansons «Je vous aime ma vie recommence», «C'est une chanson D'amour», «L'hymne à l’espoir » et « Paquetville» l'amène sur toutes les scènes du Québec, dont la Place des arts et le Grand Théâtre du Québec. En 1977 elle participe au Festival de Spa en Belgique avec Serge Reggiani et anime à la télévision de la SRC, la Veillée de Noël. L'année suivante elle fait partie du spectacle soulignant le 370e anniversaire de la fondation de la ville de Québec (175 000 spectateurs).

En 1981, Édith Butler effectue une percée en France où elle donne des spectacles au Théâtre de la ville de Paris et est incitée aux prestigieuses émissions de télévisions Champs-Élysées et Le Grand Échiquier. La France lui décerne le Prix International de la Jeune chanson (1981) et le Grand prix de l'Académie Charles-Cros (1984) pour son album « Je m'appelle Edith ». Cette année là, la SRC lui consacre l’émission « Édith Butler, Superstar » et l’année suivante, un autre spécial enregistré à Halifax avec la Symphonic Orchestra of Nova Scotia «Acadia proud and alive».

Avec son dynamisme et ses talents de chanteuse, conteuse et musicienne ( en plus de la guitare, elle utilise sur scène une vingtaine d'instruments, tels le banjo, la guimbarde, l'accordéon, le saxophone, l'harmonica.), Édith Butler conquiert le public de l'Olympia de Paris en 1985 et 1986, années où l'ADISQ lui décerne respectivement le Félix du spectacle de l'année pour sa tournée «Un million de fois je t'aime» et celui de l'artiste s'étant le plus illustré sur le marché francophone hors Québec. Sur disque, le succès des chansons «Laissez moi dérouler le soleil» «Supersummertime I love you» «Escarmouche à Restigouche» et « Un million de fois je t'aime» vient confirmer la popularité d'Édith Butler. Inaugurée en 1885 la série de trois albums destinés à susciter une ambiance de party lui procure un succès de masse ainsi que le Félix de l'album s'étant le plus vendu pour «Le Party D'Édith» en 1986 année où la chanteuse acadienne reçoit un
Nellie Award pour la meilleur performance radiophonique à Toronto.

En 1990, Édith Butler revient avec un album au contenu plus engagé et universel «Drôle d'hiver»,«Comme un Béluga», «Cajuns de l’an 2000». En août 1994, elle participe au Congrès Mondial Acadien comme chanteuse et animatrice du spectacle de cloture. En plus de trois albums certifiés platine (100 000 exemplaires vendus), la chanteuse a plusieurs distinctions honorifiques à son actif, dont l’Ordre du Mérite de la Culture française que lui a attribué le Sénat canadien (1971) L'Ordre du Canada (1975), L'Ordre de la Pléiade (1978) Un doctorat honoris causa en musique de L'Université de Moncton (1985) et la Médaille Marius-Barbeau de l'Association canadienne pour les études en folklore. Elle a de plus été faite princesse amérindienne honorifique de la nation des Abénakis.

Au cours de la décennie 90, elle propose en alternance un autre album festif «Ça Swingue» et un album thématique du calendrier. «À l'année longue». Elle participe aussi à une série de trois albums intitulés «Mon folklore, la richesse d'un héritage» en collaboration avec Jacqueline Lemay avec qui elle avait aussi enregistré les albums à caractère pédagogique «C'est la récréation» et «Barbichon, Barbiché» au début des années 80.

La chanteuse a fait ses débuts au théâtre dans la pièce «Le tintamarre» d'Antonine Maillet au Théâtre du Rideau-Vert en avril 1999. En mars 2003, après huit ans d'absence sur disque, elle lance l'album «Madame Butlerfly» qu'elle a concocté avec Catherine Lara. Dans un environnement où se rejoignent recherche sonore et traditions trans-culturelles, les deux artistes et leurs complices y recréent des chansons séculaires comme «Le grain de mil», «Dans les prisons de Nantes» ou «Marie Caissie» pour les projeter dans le nouveau siècle sous de nouveaux atours.

Avec Lise Aubut, Édith Butler a fondé, en plus de la SPPS, L'aide à la création artistique et littéraire de la femme (ACALF 1975) ainsi que les Éditions de L’Arcadie (1975) chez qui elle a publié «L'Agenda d'Édith Butler» (1979) pour souligner le 375e anniversaire de son pays natal. Compositrice de la plupart de ses chansons, Édith Butler a également signé la musique du Film d'Arrabal «L'Empereur du Pérou». La maison d'édition Leméac a publié en 1977, un recueil de ses chansons intitulé «L'Acadie sans frontières». Elle elle a aussi publié aux Éditions Stanké, un livre-cassette conte pour enfant «La vraie histoire de Ti-Loup»  


Adresse Web du profil : http://www.aaapnb.ca/Edith_Butler

© 2011 AAAPNB - Tous droits réservés.
Grands dossiers
Nouveau CA
Nouveau CA

L'AAAPNB accueille quatre nouveaux membres au Conseil d'administration : Mélanie Parent (sec-trés.), Serge Brideau (musique), Samira Farhoud (litt.) et Émilie Grace Lavoie (rep. Sud).

Nous remercions Stephanie David, Marie-France ...

Babill'ART
 
Patrimoine canadien Nouveau-Brunswick
Suivez-nous
Fil de nouvelles Facebook Twitter YouTube
Partager cette page par courriel
ou avec votre réseau personnel
Partager

Conseil des Arts du Canada

Politique de confidentialité

Conditions d'utilisation